Actu Euro 2020

Actualités

UEFA EURO 2020 : PAYS BAS-AUTRICHE 2-0 (GROUPE C)

Solides et efficaces à défaut d’être géniaux, les Pays-Bas ont pris le dessus sur l’Autriche (2-0), ce jeudi à Amsterdam, lors de la 2e journée du groupe C de l’Euro. Un succès qui permet aux Oranje d’assurer leur qualification pour les 8es de finale avant la dernière rencontre face à la Macédoine du Nord.

Par AnthonyVivien 18 juin 2021

Parti sur les chapeaux de roue, le match basculait après moins d’un quart d’heure de jeu. À la suite d’une mauvaise intervention sur Dumfries, Alaba concédait un penalty parfaitement transformé par Depay (1-0, 11e). Saignants, les Oranje dominaient outrageusement les débats et exerçaient une grosse pression sur la défense autrichienne, qui passait son temps à balancer le ballon pour se donner de l’air lorsqu’elle ne laissait pas des espaces facilement exploités par Weghorst.

Afficher l’image source
@FR24News

Après 25 minutes compliquées, l’Autriche sortait de sa torpeur et passait même proche de l’égalisation. Mais De Ligt réalisait deux énormes interventions rageuses pour repousser les tentatives de Baumgartner et Gregoritsch. Un sursaut d’orgueil qui refroidissait les Néerlandais, beaucoup moins en vue. Avant la pause, ils n’étaient toutefois pas loin de doubler la mise, mais Depay manquait complètement le cadre sur un caviar de Weghorst, alors qu’Ulmer repoussait une frappe de Wijnaldum.
Au retour des vestiaires, la partie était toujours aussi équilibrée. Elle aurait pu définitivement être pliée suite à une énorme double occasion de De Vrij et De Ligt, qui butaient sur Bachmann et Dragovic. Finalement, Dumfries s’occupait d’enfoncer les visiteurs à la suite d’un contre éclair mené par Malen, qui lui déposait un caviar pour lui permettre de faire le break (2-0, 67e).

Afficher l’image source
@But Football

Trop naïfs et pas assez tranchants, les Autrichiens ne proposaient pas grand-chose. En dehors d’une lourde frappe d’Alaba qui fuyait le cadre, les visiteurs ne parvenaient pas à mettre en danger un Stekelenburg très tranquille, qui s’interposait seulement sur une tête d’Onisiwo. Il en faudra bien plus pour bousculer la bande à Frank de Boer, qui sans être exceptionnelle, a su se faciliter la tâche.