Actualités

PODCAST « LE DÉBRIEF » – INVITÉ : TRIPY MAKONDA

Ce lundi, en compagnie de Tripy Makonda, nous avons tenté d’analyser l’avant-match de l’équipe de France. Notre invité nous a aussi raconté sa carrière et expliqué certains de ses choix.

Par Samuel Messberg 29 juin 2021

Tu es formé au PSG, est-ce que tu penses que ça a été une première étape importante pour toi avant de rentrer dans le monde professionnel ? 

Bien sûr ! C’est le club que je supportais avant d’y aller, et forcément quand tu y vas en préformation, formation, puis à 19 ans tu signes ton premier contrat professionnel, ça te permet d’avoir un premier pas dans le monde pro.

Après le PSG, tu es parti à Brest où tu as joué quatre saisons, comment tu définirais ton passage là-bas ?

Mes saisons à Brest m’ont permis de me connaître en tant qu’être humain. Mais j’avais l’impression de ne pas être totalement le bienvenu. Je venais du PSG, je pensais qu’on allait me laisser la place, mais ce n’était pas si simple, ça m’a permis d’acquérir de l’humilité.

Après ce passage à Brest tu es parti au Portugal, comment ça s’est fait et comment ça s’est passé pour toi ?

Je n’ai pas beaucoup joué à Brest, mais je me suis révélé là-bas en tant qu’humain, donc j’ai joué dans la rotation tout de même. Ça m’a donc permis d’atteindre le Portugal. J’avais peur d’être au chômage. Un agent que j’avais mandaté m’a permis d’y aller. C’était ma meilleure expérience.

Après le Portugal tu es allé à Poissy, un club amateur, pourquoi ce rétropédalage ?

Après mon passage au Portugal, j’ai fini mon contrat là-bas et je n’avais pas d’agent, donc c’était assez compliqué. Je faisais les démarches tout seul, par exemple j’ai envoyé des messages au Red Star, en Suisse… c’était compliqué. Je me suis donné une deadline, si je n’avais pas de club je partais dans un club amateur, et c’est donc ce que j’ai fait.