Actualités

PODCAST “LE DÉBRIEF” – INVITES : KEVIN SCHUR ET SAMUEL GUIBERT (S.C. BASTIA/L2)

Par Anthony Mekediche 26 mai 2021

Que ressent-on après une saison qui se finit sur une montée du club ?

Samuel Guibert : On ressent forcément de la fierté, parce que quand on est arrivés il y a de ça 3 ans (ndlr: les deux joueurs sont arrivés la même année), on nous a donné une mission, celle de ramener le Sporting dans le milieu professionnel le plus rapidement possible. La mission a été réussie donc ça amène de la fierté, et puis du soulagement parce qu’on a beaucoup bossé pour y arriver, maintenant on y est, on a hâte de remettre le bleu de Chauffe mais d’abord on va profiter des vacances.

La National, c’est pas un championnat facile, est-ce qu’il y a des moments, des matchs, quand on est fatigués et où on se dit : “Pourquoi faire ça sans les supporters” ?

Kevin Schur : Oui, d’autant plus que nous, étant sur une île, les déplacements durent 3 jours donc c’est pas facile à gérer, et puis c’est sûr que dans le match, à chaque fois tu as un coup de moins bien, t’as envie que les supporters te poussent, c’était assez spécial

Quand vous vous baladez dans la ville, quand vous allez faire vos courses, est-ce qu’ils vous voient, est-ce qu’ils vous interpellent ?

S.G : Ils sont obligés de remarquer Kevin Schur déjà avec ses cheveux (rires).

Est-ce qu’ils vous montrent cet amour qu’ils n’ont pas pu vous montrer au stade, est-ce qu’ils le montrent plus dans la vie ?

K.S : Ouais, on le ressent, c’est sûr. Déjà pour les jeunes on est des exemples, ils s’identifient à nous, ils nous demandent des photos, on discute avec les supporters, on croise surtout souvent les enfants et on sent qu’on est adulés à leurs yeux.

Ça doit pousser, donner encore plus envie de se battre tous les week-ends…

K.S : Oui forcément, puisque là tu sais que tu joues pour tout un peuple. Vous avez vu les images à l’aéroport, on voit une telle ferveur, c’est pas qu’à Bastia, c’est dans toute la Corse. Il y a beaucoup de gens qui suivent le club, que ce soit à Ajaccio, à Bonifacio, franchement c’est dans toute la Corse.