Actualités

SIMEONE, SALAH, DYBALA, OM… TOUTES LES INFOS FOOT À RETENIR !

La Team BK met en avant les principaux moments vécus le week-end dernier sur la Planète Football. A l’affiche, le quadruplé du jeune Giovanni Simeone avec la Lazio face à son ancien club et la prestation stratosphérique de Mohamed Salah sur la pelouse de Manchester Utd  !

Par AnthonyVivien 26 octobre 2021

Le chiffre : 4

Diego Simeone a dû passer une après-midi… bizarre. Très apprécié du côté de la Lazio, où il a évolué durant quatre années, l’entraîneur de l’Atletico Madrid a vu son fils, Giovanni, coller un quadruplé à son ancienne équipe ! En effet, l’attaquant argentin a littéralement marché sur le club romain en offrant la victoire au Hellas (4-1), ce dimanche, lors de la 9e journée de Serie A. Des buts inscrits aux 30e, 36e, 62e et 90e+2 minutes, contre une réalisation d’Immobile (46e), qui permettent à la formation de Vérone, 11e, de revenir à 3 points des Biancocelesti.

L’exploit : Salah, roi d’Old Trafford !

Une fois de plus, l’ailier Mohamed Salah (29 ans, 9 matchs et 10 buts en Premier League cette saison) a crevé l’écran dimanche lors de la démonstration de Liverpool sur le terrain de Manchester United (5-0) en Premier League. Le leader des Reds s’est distingué de belle manière en inscrivant un triplé à Old Trafford. Une performance historique pour l’Égyptien, devenu le premier adversaire de MU depuis le Brésilien Ronaldo avec le Real Madrid en 2003 à marquer trois fois dans le “Théâtre des Rêves”. Chapeau.

Le but : Dybala sauve la Juventus à la 89e minute !

La Juventus Turin revient de loin ! Longtemps menée au score par l’Inter Milan, la Vieille Dame a arraché le match nul à la 89e minute (1-1) ce dimanche dans le choc de la 9e journée de Serie A. Dybala a joué les sauveurs en transformant un penalty obtenu par Alex Sandro pour une faute de Dumfries suite à une décision de la VAR qui fera jaser. A l’affût d’une frappe de Calhanoglu renvoyée par la barre, Dzeko avait ouvert le score (17e). Un partage des points assez logique puisque chaque équipe aura eu sa mi-temps. 3es du classement, les Nerazzurri conservent 3 points d’avance sur la Juve, 6e.

Le fait marquant : Le fantastique Tifo lors d’OM-PSG !

A l’occasion d’un Classique marquant le grand retour du public au Stade Vélodrome, les supporters de l’Olympique de Marseille se sont surpassés ce dimanche en marge de la réception du Paris Saint-Germain (0-0). Le virage sud a ainsi déployé un tifo mémorable et en 3D représentant des ultras de l’OM qui a “pris vie” grâce à de nombreux fumigènes craqués en même temps. “Nous sommes l’armée des Marseillais. Rien ne pourra nous arrêter !”, ont écrit les fans phocéens. Ambiance différente virage nord où s’est affiché un immense tifo au message explicite : “LFP merda” !

Du côté des Stars : Ronaldo craque, Alaba fusille et Mount pulvérise !

Sale journée pour Manchester United… et Cristiano Ronaldo. Humiliés par Liverpool (0-5 en cours), les Red Devils auraient pu disputer la seconde période à dix. En effet, l’attaquant portugais, frustré par la tournure des événements, a perdu ses nerfs lors d’un duel avec Curtis Jones.

Après une tentative de récupération du ballon rugueuse, le quintuple Ballon d’Or a frappé assez violemment dans le cuir alors que son adversaire était à terre. Un geste répréhensible qui a failli renvoyer le Lusitanien au vestiaire, mais l’arbitre de la rencontre a fait preuve de psychologie pour éviter une humiliation encore plus prononcée pour le pensionnaire d’Old Trafford.

David Alaba se souviendra de son premier but avec le Real Madrid ! Le défenseur central autrichien a effectivement ouvert la marque face au FC Barcelone au terme d’une action d’école parfaitement initiée par Vinicius Jr et Rodrygo. Servi à l’entrée de la surface, l’ancien joueur du Bayern a envoyé une praline dans le petit filet opposé de Marc-André ter Stegen. La Maison Blanche s’est finalement imposée (2-1) lors de ce Clasico !

Même sans ses deux buteurs Lukaku et Werner, blessés contre Malmö (4-0) mercredi en Ligue des Champions, Chelsea n’a eu aucun mal à se défaire de la lanterne rouge, Norwich, corrigée 7-0 ce samedi dans le cadre de la 9e journée de Premier League !

Idéalement lancés par des buts précoces de Mount (8e) et Hudson-Odoi (18e), les Blues n’ont jamais douté dans cette partie et James (42e), Chilwell (57e), Aarons contre son camp (62e) puis Mount, auteur d’un triplé (85e sp, 90e+1), ont enfoncé le clou face à des Canaries réduits à dix après l’expulsion de Gibson (65e).

Avec cette démonstration, le leader conforte sa position et prend provisoirement 4 points d’avance sur Liverpool en tête du classement.

La citation : Jean-Claude Suaudeau

“C’est quoi le geste le plus important et le plus difficile dans le foot? Platini dit que c’est le contrôle. Alors moi je dis “Non”, je dis “on joue sans contrôle.”

Jean-Claude Suaudeau, surnommé Coco Suaudeau né le à Cholet en Maine-et-Loire, est un joueur français de football évoluant au poste de milieu de terrain défensif, avant de devenir ensuite et surtout entraîneur. Ayant évolué principalement au FC Nantes (FCN), il devient à la fin de sa carrière de footballeur formateur puis entraîneur du même club où il perpétuera et modernisera le « jeu à la nantaise ».

Il dirige le centre de formation nantais de 1973 à 1982. Il devient l’entraîneur de l’équipe première en 1982. Le FCN devient champion de France lors de la saison 1982-1983, atteignant la finale de la Coupe de France, avec des joueurs emblématiques comme Jean-Paul Bertrand-Demanes, Maxime Bossis, Loïc Amisse, Seth Adonkor, José Touré ou bien encore Vahid Halilhodžić, ce dernier finissant la saison meilleur buteur du championnat avec 27 buts. Cette équipe est souvent considérée comme la meilleure de l’histoire du club. Il emmène aussi le club en 1/4 de finale de la Coupe de l’UEFA en 1986, éliminé par l’Inter Milan (0-3, 3-3). Après des résultats moyens, il est remplacé par Miroslav Blažević en 1988. Durant cette période, il lancera nombre de joueurs en première division et notamment Didier Deschamps et Marcel Desailly.

Miroslav Blažević n’arrivant pas à rendre sa superbe au club, Jean-Claude est alors rappelé au chevet du club nantais en . En s’appuyant sur des jeunes issus du centre de formation, comme Christian Karembeu, Jean-Michel Ferri, Reynald Pedros, Patrice Loko et Nicolas Ouédec, ayant tous débuté en Division 1 avec Blazevic, mais aussi des joueurs comme Zoran Vulic qu’il fait venir en 1991 et Claude Makélélé, arrivé en 1992, combiné à l’explosion de Japhet N’Doram, le club retrouve les sommets du championnat. Le club se classe 5e en 1993 (en étant co-leader à mi-championnat) atteignant également la finale de la Coupe de France en 1993 contre le PSG (0-3 avec trois nantais expulsés). Il finit à cette même 5ème place l’année suivante.

Toujours sous sa direction, en 1995, le club frise la perfection, ne concédant qu’une seule défaite durant toute la saison en championnat et battant le record d’invincibilité (32 matchs) que détenait alors le Paris SG avec 27 matches. Grâce à son jeu alléchant et ses joueurs du centre de formation, Jean-Claude Suaudeau obtient alors son deuxième titre de champion de France en tant qu’entraîneur et emmène aussi son club en 1/4 de finale de la Coupe de l’UEFA cette même saison, éliminé par le Bayer Leverkusen (1-5, 0-0) dans un contexte aller abracadabrantesque après les blessures des trois gardiens professionnels du club (Jean-Louis Garcia, alors entraîneur des gardiens, étant obligé de garder les buts nantais).

L’année suivante, il atteint avec son équipe les 1/2 finales de la Ligue des Champions, éliminée par la Juventus de Turin (0-2, 3-2). L’issue en aurait peut-être été différente, si Bruno Carotti ne s’était pas fait expulser contre la Juventus à Turin lors du match aller en fin de première période, alors que le score était vierge. Ce match reste comme symptomatique d’une injustice arbitrale.

Jean-Claude Suaudeau enchaîne ensuite par une autre saison de classe avec l’équipe emmenée par Jocelyn Gourvennec qui verra le FCN terminer à la 3e place du championnat, après avoir enchaîné 30 matchs sans défaite malgré un départ catastrophique (2 points en 7 matchs). Cette saison-là, il lance en première division Mickael Landreau. Il quitte le club sur un désaccord stratégique avec sa direction et laisse la place à Raynald Denoueix, responsable du centre de formation.

Rendez-vous vendredi prochain pour le Journal de BK N°17.