Interviews

Carlos De Vasconcelos (Paris Saint-Germain/N3) : “Coacher, c’est d’abord une aventure humaine !”

Interview exclusive 100% BK avec Carlos De Vasconcelos, coach de l’équipe réserve du Paris Saint-Germain (N3), qui officie sous le maillot Rouge & Bleu depuis 25 ans. Pour Billion Keys, il revient sur le début de saison de son équipe mais également sur la gestion des jeunes professionnels qui viennent parfois renforcer son effectif. Rencontre avec un homme grandement passionné et passionnant !

Par Rédaction 11 octobre 2022

 

Carlos, voilà 25 ans que tu as rejoint l’Association du Paris Saint-Germain…

“Je suis effectivement arrivé en 1997. J’étais en charge de la 4e équipe du Paris Saint-Germain qui évoluait en PH. Fabrice Malnar était le coach de l’équipe DH. J’ai ensuite pris sa succession en 2009. Ma passion est intacte et encore plus au sein de ce club qui est ‘mon club’. J’y ai joué chez les jeunes et j’y suis devenu entraîneur. Ma passion pour le football et le PSG n’a pas de limite ! Le jour où j’arrêterai, je n’irai pas ailleurs qu’au PSG. »

Ta passion pour le rôle d’entraîneur est-elle toujours intacte ?

« C’est un réel plaisir de diriger une équipe même si le rôle d’entraîneur a beaucoup changé, tout comme la mentalité des joueurs. Il faut s’adapter sans cesse aux nouvelles générations. Coacher, c’est d’abord une aventure humaine. Les gens vont et viennent. Toutes les rencontres sont enrichissantes. Par contre, il est vrai que l’environnement des joueurs a beaucoup changé, c’est peut-être le plus compliqué à gérer au quotidien. Les garçons veulent bien souvent aller plus vite que leur progression. Tous pensent pouvoir jouer au plus haut-niveau. Il faut donc tempérer tout cela et trouver les bons leviers de motivation pour chacun d’entre-eux.”

Peux-tu nous expliquer quels sont leviers de motivation que tu utilises lorsque des jeunes professionnels du club (Lavallée, Gharbi, Bitshiabu…) viennent renforcer ton effectif ?

“Il faut leur faire comprendre que c’est une réelle chance d’évoluer sous les couleurs du Paris Saint-Germain. En réalisant de bonnes performances, ils peuvent être mis davantage en lumière. Leur talent doit permettre d’accompagner les joueurs amateurs qui évoluent à leurs côtés. Performer en disputant une compétition est toujours plus intéressant que de ne pas avoir de temps de jeu.  .”

Archives des carlos de vasconcelos - Les Titis du PSG

Cette saison, tu as également récupéré plusieurs joueurs issus du centre de Formation, qui étaient libres de tout contrat. Nous pensons à Dan-Patrice Bikouta et Abdoulaye Konaté. Il y a même l’ex-Titi Gaël Nlundulu, ex-international U19, revenu l’an dernier. Est-il simple pour ces joueurs de faire le deuil de leurs ambitions ?

“De manière générale, ils arrivent à faire le deuil. Chacun a son parcours. Certains sont parfois laissés libres de tout contrat en bout de cursus de formation, d’autres reviennent après avoir évolué dans des championnats exotiques. Ils ont souvent l’envie de revenir en Ile-de-France, là où tout a commencé pour eux et ainsi se rapprocher de leur famille. De bouche à oreille, les joueurs en viennent à me contacter. C’est le cas en ce moment pour Pierre Bourdin (ex-Beerschot VA) et Lorenzo Callegari (ex-Chambly) qui s’entraînent avec nous. Ils se refont une santé. On verra si l’on peut leur proposer un projet ou non. Tous ces joueurs nous rejoignent car ils savent qu’ils pourront retrouver certains principes de jeu qu’ils connaissent. Ils pourront ainsi évoluer en toute confiance et avec un certain plaisir.”

Le club cherche t’il à rapprocher le centre de Formation de l’équipe N3 ?

“Oui, c’est le cas depuis la saison passée. Les échanges se sont intensifiés entre les eux entités. Les U19 Nationaux du club doivent être convaincus qu’il est important pour eux d’acquérir du temps de jeu en N3 avant d’aller se confronter au plus haut niveau. Ils doivent être conscients qu’ils ont encore quelques marches à gravir dans le football des adultes. Jouer en U19, c’est bien contre les équipes du haut de tableau, un peu moins contre celles du bas de tableau. Le plus important pour eux doit être de se former dans l’adversité ! S’entraîner avec les pros est une chose, la compétition en est une autre. Le club en est persuadé, c’est très bien.”

https://www.leparisien.fr/resizer/grVlD7NBc9iSh6OqChFth3ZImfk=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/IJ3U52MI7YCSR5ALEFTNJJ5POQ.jpg

Par contre, comment réagissent les joueurs qui ont permis à l’équipe de monter en N3 lorsqu’ils sont amenés à être remplaçant ou non convoqués ?

« Ce n’est pas une gestion facile, c’est certain. Plusieurs joueurs sont là depuis de nombreuses années et ont participé à plusieurs montées. Ce sont des garçons très fidèles qui sont éperdument amoureux du club. Quand ils ne jouent pas, c’est forcément difficile de vivre cela pour eux. Je leur fais donc comprendre qu’on a besoin de leur expérience et de leur vécu à n’importe quel moment de la saison, que cela soit sur comme en dehors du terrain. Leur maturité doit être un atout pour maintenir une bonne dynamique au sein du groupe. »

Ce début de saison est un peu compliqué sur le plan comptable. La faute à quoi ?

« Nous avons un effectif très jeune. Nous pensions pouvoir compter davantage sur les joueurs nés en 2003, mais ils ont tous été prêtés ou vendus par le club cet été. Nous n’avons pas remplacé plusieurs joueurs cadres comme Louis Lapouge (Entente SSG), Abdourahmane Fofana et Rock-Elvis Ondziel-Onna (Les Mureaux), Yohan Mannone (JK Nomme Kalju) ou bien Omar Correia (NK Koper). C’est donc plus difficile d’obtenir de bons résultats avec un effectif très rajeunie. Mais les joueurs sont motivés, on va redoubler d’efforts pour leur permettre d’être au niveau. »

Pour résumer quelles sont les clés de la réussite pour créer une bonne dynamique au sein d’un effectif de N3 ?

« Il faut prendre en considération les différents profils de joueurs et surtout les différents projets. Je ne vais pas avoir les mêmes discussions avec un joueur issu du centre de Formation qu’avec un joueur au statut amateur qui va à l’école en parallèle ou qui travaille. Mon expérience dans le football est forcément non négligeable. Elle me permet de bien cibler les personnalités de chacun pour trouver le bon angle d’une discussion et ainsi transmettre les bons leviers de motivation. »

Carlos De Vasconcelos

Poste : Coach

Club : Paris Saint-Germain

Né le : 23 juillet 1968 (54 ans)

Stats 2022/23 en N3 (groupe Paris-Ile-de-France) : 13e – 4 matches (0V-2N-2D-1Bp-4Bc)

Propos recueillis par Anthony V. pour Billion Keys. Crédit photos : Le Parisien.