Interviews

Fabien Mercadal (Quevilly RM/L2) : « Pour faire gagner une équipe, il faut bien connaître individuellement ses joueurs ! »

Interview exclusive 100% BK avec Fabien Mercadal, coach de Quevilly RM (L2), qui a décroché le maintien avec son équipe après avoir disputé les barrages contre Villefranche (N1). Ce technicien né à Manosque il y a 50 ans nous fait part de ses clés de la réussite !

Par Rédaction 31 mai 2022

 

Fabien, quels sont tes sentiments après avoir obtenu le maintien de ton équipe en Ligue 2 ?

“Forcément une très grande satisfaction, pour le club, pour les joueurs et pour tous les supporters. Nous nous sommes battus jusqu’au bout du bout. Nous avons remporté le dernier match de championnat (3-1) contre Dunkerque ce qui nous a permis de disputer les barrages pour croire encore au maintien. Nous n’avons jamais rien lâché. C’est une immense joie, surtout que nous avions le plus petit budget de Ligue 2.”

Fabien Mercadal ne sera plus sur le banc quevillais la saison prochaine.

La préparation des barrages fut elle différente des matches disputés tout au long de la saison en championnat ?

“A l’issue de la défaite (2-0) à Caen lors de la 37e journée, nous avions déjà anticipé l’éventualité de disputer les barrages. Nous avons mis une stratégie en place pour rendre cette double confrontation de manière positive. Après la victoire contre Dunkerque, nous avons organisé un stage de trois jours pour être prêt mentalement. Ca peut paraître bête, mais nous avons bien expliqué aux joueurs les règles des barrages. Nous leur avons exposé également les retournements de situation qu’il y a pu y avoir lors des saisons passées. Tout ceci pour leur faire comprendre qu’il fallait jouer de manière offensive lors du match aller à Villefranche, car un but inscrit sur leur terrain pouvait peser dans la balance. Nous avons également décortiqué le jeu de Villefranche à la vidéo, afin de jauger leur forces et faiblesses. En parallèle, nous avons renforcé les liens entre les joueurs et le staff. Nous avons tout fait pour donner un maximum de clés aux joueurs, afin qu’ils fassent le plein de confiance avant cet évènement. Au final, nous avons bien géré ces deux matches (Ndlr : V3-1 à Villefranche, puis V2-0 à domicile).”

Tu as pris la direction de l’équipe l’hiver dernier. Quels ont été les leviers pour faire fédérer ton groupe à ton management ?

“C’est la première fois que j’ai pris les commandes d’un groupe en cours de saison. Habituellement, j’aime recruter les joueurs dont j’ai besoin, tout comme j’aime oeuvrer avec des hommes de confiance au sein de mon staff. J’aime construire mon propre plan. Quevilly RM fut un vrai challenge. Au départ, ce fut un peu compliqué mais au fil du temps j’ai su créer des connections avec l’ensemble des forces en présence. J’ai individualisé mes relations, en m’imprégnant du contexte de vie de chacun des joueurs. Pour avoir un discours impactant collectivement, il faut déjà bien connaître tous les joueurs individuellement. Je les ai écoutés, j’ai appris à les connaître. J’ai ensuite insufflé une énergie positive autour d’un projet commun. Il y a vraiment un bon potentiel dans cette équipe de Quevilly RM.”

https://maligue2.fr/wp-content/uploads/2022/02/QRM-Fabien-Mercadal-e1643981016476.jpg

Comment peut-on considérer lorsqu’un entraîneur est un bon technicien ?

“C’est celui qui va optimiser tout le potentiel de son groupe. Je pars du principe que seuls les dirigeants sont les plus à même de répondre à cette question. C’est un peu comme les courses automobiles. Les uns courent contre les autres, mais pas avec les mêmes voitures. Ce qui ne veut pas dire que le dernier n’est pas moins bon que le premier. Tout dépend du moteur qu’il a entre les mains. C’est un peu cela aussi en football. Aujourd’hui, on juge davantage de par les résultats ou les grandes performances. Malheureusement, notre profession ne se résume pas qu’à cela. Dans les quotidiens sportifs, il n’y a plus de fond, de vraie réflexion. On considère un entraîneur de bon, s’il sait bien se vendre, celui qui maîtrise bien les médias. Il y a une méconnaissance du football de manière globale.”

Quelle est ta principale motivation pour exercer ton métier d’entraîneur ? 

“Je suis un très grand passionné du jeu qu’est le football, un peu moins du milieu. Je viens de tout en bas. Dès le début, on m’a fait comprendre qu’il serait compliqué d’évoluer vers le haut niveau, sans avoir eu une carrière de joueur professionnel. Malgré de nombreux bâtons dans les roues, je me suis toujours battu pour atteindre mes objectifs. J’ai une rage en moi qui me permet d’avancer et de relever des challenges. Je n’ai pas de conseils à donner, car il n’y a pas d’entraîneur type. Chacun agit avec ses convictions et selon les moyens donnés. Par contre, il ne faut jamais abandonner. Ca demande beaucoup d’énergie car c’est un métier difficile, mais j’ai une telle détermination en moi que je me dis ‘vas-y fonce et fais les taire !’”

Cinq choses à savoir sur Fabien Mercadal, le nouveau coach de QRM | Foot Normand

Fabien Mercadal 

Poste : Coach

Club : Quevilly RM

Né le : 19 février 1972 (50 ans)

A : Manosque (Alpes-de-Haute-Provence)

Stats 2021/22 en L2 : 18e – 38 matches (10V-10N-18D-33Bp-50Bc)

 

Propos recueillis le 31-05-22 par Anthony V. pour Billion Keys. Crédit photos : France Bleu Normandie.