Interviews

Walid El Kalaï (FC Bagnols-Pont/N3) : “Travailler sans relâche, car rien ne tombe du ciel !”

Interview exclusive 100% BK de Walid El Kalaï, milieu offensif du FC Bagnols-Pont (N3), passé par l’OM où il avait intégré le Centre de Formation durant trois années. Pour Billion Keys, il revient sur son début de saison avec sa nouvelle équipe mais également sur ses ambitions qui l’animent. Droit au but !

Par Rédaction 09 décembre 2022

 

Walid, comment se passe ton début de saison, ainsi que sur le plan collectif ?

“Sur le plan individuel, ce n’est pas encore ça. Etant donné que l’on ne s’entraîne que trois fois par semaine, je n’ai pas l’habitude ce rythme. En général, les clubs de N3 ont quatre séance par semaine. C’était le cas lorsque j’ai joué à Fougères. A l’OM, je m’entraînais tous les jours au Centre de Formation. Nous possédons une bonne équipe, mais nous connaissons un début de saison compliqué car nous sommes relégables. Il faut vite remonter la pente. Je rappelle que le club découvre le N3 cette saison. Quelques soucis internes ont émaillé nos premiers mois. Le coach avait été suspendu, là il est revenu depuis cette semaine. Lorsque nous avons battu la réserve de Rodez, ce fut un véritable exploit car nous nous étions entraînés que le vendredi ! On va se remettre dans le bain et je suis persuadé que nous allons réaliser de belles choses. »

Quelles sont les réelles ambitions du club ?

“Même si beaucoup de gens qui gravitent autour du club n’y croient pas, nous allons tout faire pour nous maintenir. On va travailler dur, ne rien lâcher. Le groupe est uni. La plupart des joueurs formés le noyau qui a permis à l’équipe d’accéder au N3. Il faut donc s’appuyer sur les valeurs qui ont permis d’obtenir cette montée. La solidarité est primordiale. »

https://static.actu.fr/uploads/2021/06/25263-210629085900266-0.jpg

Tu es arrivé au FCBP avec une jolie carte de visite, puisque tu as joué à l’OM. Comment ont réagi tes nouveaux coéquipiers lors de ta venue ?

« A part un ou deux coéquipiers, les autres ne me connaissaient pas forcément. Le coach-adjoint m’avait déjà vu lorsqu’il officiait à Carpentras. Je n’ai pas cherché à impressionné qui que ce soit sous prétexte que j’avais joué à l’OM. La seule vérité est celle du terrain. Nous sommes tous comme des frères, c’est l’essentiel. Deux autres joueurs ont fréquenté de grands clubs, ce qui n’empêche pas d’être tous considérés au même niveau.”

Comment avais-tu été repéré par l’OM ?

“Je jouais en U15 DHR avec le Stade Montelais. Comme on jouait la montée, de nombreux observateurs venaient régulièrement voir nos matchs. J’ai fini meilleur buteur du championnat, ce qui n’est pas passé inaperçu. L’OM m’a proposé de faire une détection, ce qui a finalement débouché sur une signature. Pour être honnête, ce ne fut pas facile là-bas car j’étais plus souvent remplaçant que titulaire. Je ne marquais plus autant de buts. Ca m’a créé une sorte de blocage, qui a fait que je n’étais pas à 100% tout le temps. Je suis quand même satisfait car j’ai fait le taf. Je n’ai aucun regret car je savais qu’un jour je me retrouverais derrière le portail du Centre de Formation. La concurrence est rude, car il y a beaucoup de joueurs. J’ai tout de même eu l’occasion de m’entraîner avec les joueurs professionnels. Rien que pour ça, ce fut exceptionnel à vivre. Cette expérience m’a démontré que tout est possible et que je suis capable de réaliser de belles choses. L’OM m’a permis de devenir un homme, car j’ai dû apprendre à me gérer seul.”

https://static.actu.fr/uploads/2021/11/b39bb535fb916a79bb535fb914d9bbv-960x640.jpg

Pour ceux qui ne te connaissent pas, quel type de joueur es-tu ?

« Mon jeu a évolué avec le temps. Ce n’est pas évident de se décrire, mais je suis un joueur rapide, avec et sans ballon. Je ne me suis pas encore fait flashé mais si on me met un ballon dans la course, bien souvent je suis le premier à le récupérer ! Une fois en sa possession, j’essaye toujours d’être décisif soit par un dribble, une passe ou un tir. Je suis super endurant. A l’OM, j’avais 23 de VMA là où les autres joueurs ont en général 20 ou 20,5. »

On a parlé des objectifs du club, mais quels sont les tiens ?

« Franchement, je n’ai toujours pas l’envie d’abandonner. J’ai peut-être pris un peu à la légère la chance qui m’a été donnée à l’OM, mais je me dis que rien n’est fini. Au contraire, il ne faut jamais dire jamais. Voilà pourquoi je m’entraîne à fond. J’essaye d’être au top de ma forme. Que je sois titulaire ou remplaçant, j’accepte les choix du coach. Ce qui compte, c’est d’être performant quand on fait appel à moi. On ne se connaît pas encore tous parfaitement, car je suis là depuis peu de temps. Il faut encore régler quelques automatismes. Je me sens concerné, je dois participer activement au maintien de mon club en N3. »

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTA2NmRjY2M0MWQyM2RhMWFkM2Q0YTgxYWQzZWU2MTI0MmU?width=1260&height=708&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=af63b329db41214996ccf5acb7cd14c837aed3f7c8cbcc747289d5dfabb34975

La saison dernière, tu avais porté les couleurs du club breton de Fougères (N3). Pourquoi avoir écourté ton aventure avant la trêve hivernale ?

« Un Sudiste qui signe en Bretagne, il faut que je fasse un dessin ? Le changement fut trop radical pour moi. Pourtant j’ai été super bien accueilli. Le Président et les dirigeants m’ont mis dans de très bonnes conditions pour faciliter mon intégration. Je n’avais pas à me plaindre, mais je n’ai pas supporté la pluie ! Je n’en pouvais plus d’être trempé tous les jours. Je suis tombé malade à deux reprises ce qui entraîné deux opérations ! Comme ça n’allait pas en dehors du terrain, forcément ça ne suivait pas sportivement. Je regrette d’être parti sur un coup de tête car je n’ai même pas pris le temps de remercier tous les gens qui m’avaient accueilli chaleureusement. »

Pour clore notre entretien, quelles sont les clés de la réussite selon toi pour percer au plus haut niveau ?

« Pour répondre à cette question, j’ai besoin de repenser à mon propre parcours. Au début, j’étais plus en mode loisir. Puis au fil du temps, le rêve de devenir footballeur professionnel est venu se greffer dans un coin de ma tête. Je ne savais pas par contre à quel point c’était si difficile d’y parvenir. Il est certain qu’il faut d’abord respecter tous ceux qui nous entourent à commencer par les coéquipiers et le staff. Ensuite, il faut une remise en question journalière car rien n’est jamais acquis. Il faut toujours croire en soi, jouer avec plaisir et avoir le sourire. L’entourage est un équilibre important. Bien évidemment, il faut travailler sans relâche, car rien ne tombe du ciel ! »

On a kiffé : Walid El Kalaï, attaquant du FC Bagnols-Pont (N3) | BILLION  KEYS

Walid El Kalaï

Poste : Milieu offensif

Club : FC Bagnols-Pont (N3)

Né le : 04 février 2003 (19 ans)

A : Carpentras (84)

Taille : 1m75

Carrière :  Comète Sarrians (2008 à 2012) – Olympique Montelais (2012 à 2018) – OM (2018 à 2021) – US Fougères (2021 à nov.2021) – SC Courthézon (janv. à juin 2022) – FC Bagnols-Pont (depuis juillet 2022)

Stats 2022/23 en N3 (groupe Occitanie) : 7 matches (3T+4R) + 1 but

Propos recueillis par Anthony V. pour Billion Keys.