N2

On a kiffé : Issiaka Karamoko, attaquant du FC Chambly (N2)

Composée d’observateurs avertis du football U21 (joueurs nés après le 1er janvier 2001), la Team BK vous propose un zoom quotidien sur un joueur talentueux qui s’est mis le plus en valeur les jours précédents. Recruteurs, agents, coachs, suivez-nous sans modération tout au long de l’année.

Par Rédaction 08 novembre 2022

ISSIAKA KARAMOKO

Né le : 15 juillet 2001 (21 ans)

A : Paris (75)

Poste : Attaquant

Taille : 1m82

Clubs : AS Meudon – ES Troyes AC (2017-2021) – US Saint-Maur Lusitanos (2021-2022) – FC Chambly (depuis 2022)

Stats N2 2022-2023 : 6 matches (6T) + 2 buts

Seizième recrue estivale du FC Chambly, Issiaka Karamoko (à gauche) retrouvera dans l’Oise ses anciens partenaires Hamidou Ba et Lassana Diako.

L’ailier gauche Issiaka Karamoko (sans lien de parenté avec l’ancien camblysien Hamadou), est un attaquant excentré de 21 ans. Il évoluait la saison dernière aux Lusitanos Saint-Maur (N2), comme Hamidou Ba ainsi que Lassana Diako, arrivé du club francilien à l’hiver 2021. Il y a inscrit 4 buts en 23 matches (11T+12R). Suffisant pour convaincre Fabien Valéry de l’attirer au FCC.

Auparavant, ce vif et rapide ailier fut formé à l’ESTAC où il a d’abord découvert le N3 entre 2017 et 2021, disputant 44 matches (27T+17R) et marquant 6 buts. A noter, il est apparu à une reprise avec l’équipe professionnelle de Troyes. C’était en Coupe de France contre l’AJ Auxerre. Titulaire durant 64 minutes, il ne put éviter l’élimination (1-0).

Karamoko et l'Estac B doivent passer la seconde - Journal L'Est Éclair

C’est à Meudon qu’il fut repéré par Troyes, après une belle année en U17 DH (8 buts et 5 passes décisives).

Laissé libre par le club de l’Aube, il tente de relancer sa carrière. Ce début de saison avec Chambly est plutôt prometteur puisqu’il a inscrit 2 buts en 6 apparitions (6T). Pas mal du tout surtout au sein d’une équipe qui joue la montée en N1. Buteur contre Blois le week-end dernier, il est l’un des hommes en forme du FCC.

Football: Chambly termine sur un succès - Courrier picard